moustiqueCes toutes petites créatures peuvent pourtant causer de gros déboires. Voici ce qui ce passe dans votre corps après qu’un insecte volant a fait un festin sur vous.

 

Avant la piqûre

 

Vous les chassez sans relâche, mais la chaleur de votre corps et le dioxyde de carbone (CO2) que vous relâchez par l’haleine attirent les prédateurs volants vers vous, jusqu’à 50 mètres.

 

Si vous vous promenez avec votre compagnon, sachez que les hommes dégagent plus de chaleur et de CO2 que les femmes, ce qui en fait de véritables aimants à moustiques. Ceci dit, votre homme est sans doute plus poilu que vous, ce qui ennuie les moustiques, qui risquent fort de se rabattre sur votre peau glabre !

 

Pendant la piqûre

 

L’insecte atterrit et cherche une zone de peau mince, de préférence proche d’un vaisseau sanguin. La piqûre ne se fait pas forcément sentir. Le moustique pratique l’attaque furtive : sa salive est anesthésiante et il s’en sert avant de vous sucer le sang comme un vampire. Au moment où vous sentez la douleur, elle (oui, seules les femelles piquent) a sans doute déjà fini son festin !

 

Quelques minutes après

 

Votre corps a identifié la salive du moustique comme un envahisseur étranger. Les lymphocytes (faisant partie de l’armée des globules blancs) se précipitent alors sur le champ de bataille pour la neutraliser, ce qui cause la démangeaison et le gonflement de la peau à cet endroit. Ne grattez pas le bouton ! Cela ne ferait qu’empirer les choses en stimulant encore plus les nerfs de la région touchée.

 

Après quelques heures

 

La salive de l’insecte peut rester dans le corps pendant des heures et se rappelle à votre bon souvenir en vous donnant une furieuse envie de vous gratter. La meilleure chose à faire est d’ignorer la démangeaison. En outre, la plupart des remèdes vendus dans le commerce sans ordonnance ne sont pas très efficaces.

 

Le lendemain matin

 

Chaque personne a des réactions différentes aux piqûres. Si vous avez de la chance, la démangeaison s’est calmée, même si le bouton est toujours là.

 

Mais si vous êtes particulièrement sensible, il est possible que vous vous réveilliez avec une marque cutanée de plus de dix centimètres de large ! Dans ce cas, vous faites sans doute une allergie et votre système immunitaire a dépêché une brigade entière d’anticorps pour faire le ménage. Est-ce que c’est laid ? Oui. Est-ce que c’est dangereux ? Probablement pas. Appliquez sur l’irritation une poche de glace et prenez un comprimé antihistaminique.

 

Deux ou trois jours après

 

A priori, les globules blancs ont rempli leur mission et sont repartis. Le bouton a sans doute disparu, ou disparaîtra progressivement dans les prochains jours. Attention cependant : si vous avez le moindre symptôme grippal – par exemple des maux de tête ou des nausées – allez consulter votre médecin pour vous assurer que vous n’avez pas été infectée par une maladie véhiculée par les insectes. C’est particulièrement important dans les zones tropicales, où règnent par exemple la dengue et la fièvre jaune.

 

Quelques petites astuces pour finir

 

Les vêtements clairs peuvent perturber le champ de vision des moustiques et les empêcher d’atterrir sur vous.

 

Certaines huiles essentielles (par exemple l’huile d’eucalyptus citronné, ou la cannelle, ou encore la fameuse citronnelle) font office de repoussoir efficace, ainsi que le vent : s’il ne souffle pas, essayez de ne pas trop vous éloigner d’un ventilateur ! Les moustiques détestent les turbulences…Atletico.fr

 

AlloConakry