Ce fut la plus longue crise politique de l’histoire moderne d’Israël. Après 500 jours de crise et trois élections sans K.-O, le Parlement israélien a donné dimanche sa bénédiction au gouvernement d’union de Benjamin Netanyahu et Benny Gantz.

Mais les bulles du champagne à peine sabré pourraient rapidement retomber car ce gouvernement hérite d’une économie mise à mal par la crise du coronavirus et doit se prononcer sur un projet d’annexion de pans de la Cisjordanie occupée, un sujet explosif

L’accord entre le Likoud (droite) de Benajmin Netanyahu et la formation centriste « Bleu-Blanc » de son ex-rival électoral Benny Gantz prévoit un partage équitable des ministères et permet à chaque camp de redistribuer des postes à leurs alliés politiques. Agence

 

AlloAfricanews