Près de deux cents cadavres ont été découverts dans plusieurs fosses communes au nord du pays. La responsabilité des forces gouvernementales est pointée du doigt.

Au moins 180 cadavres ont été retrouvés dans des fosses communes à Djibo, une ville du nord du Burkina Faso, a déclaré Human Rights Watch (HRW), estimant qu’il s’agissait vraisemblablement de victimes d’exécutions commises par les forces gouvernementales.

Dans un rapport publié mercredi, HRW indique que «les preuves disponibles suggèrent que les forces du gouvernement ont été impliquées dans des exécutions extrajudiciaires de masse» et appelle le gouvernement burkinabé à demander des comptes aux responsables.

Le gouvernement burkinabé a déclaré à HRW qu’il allait enquêter sur les accusations.
Selon le ministre de la Défense, ces meurtres pourraient avoir été commis par des groupes djihadistes ayant utilisé des uniformes et de l’équipement militaires volés. AFP

 

AlloAfricaNews