Au moins 67 personnes sont mortes dimanche au Népal dans la catastrophe aérienne la plus meurtrière en trois décennies dans ce pays himalayen. Selon les autorités, 72 personnes – 68 passagers, dont six enfants, et les quatre membres de l’équipage- se trouvaient à bord de l’avion bimoteur turbopropulsé qui a plongé dans une gorge abrupte, s’est brisé en de nombreux morceaux et a pris feu.

Cinq d’entre elles sont toujours portées disparues.

Cet ATR 72 de la compagnie aérienne Yeti Airlines en provenance de la capitale népalaise Katmandou s’est écrasé peu avant 11H00 (05H15 GMT) près de l’aéroport local de Pokhara, dans le centre du Népal, où il devait atterrir.

La carcasse de l’appareil en feu a été retrouvée au fond d’un ravin de 300 mètres de profondeur situé entre cet ancien aéroport créé en 1958 et le nouveau terminal international ouvert le 1er janvier dernier dans cette ville qui est une porte d’entrée pour les pèlerins et les trekkeurs du monde entier. Dans la soirée, au milieu de la végétation calcinée, des soldats extrayaient des cadavres des débris éparpillés de l’ATR à l’aide de cordes et de civières, a constaté un journaliste de l’AFP.

– Comme une bombe –

« Nous travaillons activement à la récupération et à l’identification des corps aussi vite que possible et à leur remise aux familles », a déclaré à l’AFP un responsable de la police, AK Chhetri.

Un représentant des autorités locales avait auparavant assuré que « quelques survivants » avaient été emmenés à l’hôpital, mais cette information n’a été confirmée ni par Yeti Airlines, ni par d’autres officiels.

Sudarshan Bartaula, le porte-parole de cette compagnie aérienne, a dit à l’AFP que 15 étrangers étaient à bord de l’avion : cinq Indiens, quatre Russes, deux Sud-Coréens ainsi que quatre passagers en provenance respectivement d’Argentine, d’Australie, de France et d’Irlande. Les autres étaient des Népalais. AFP

 

AlloAfricaNews