Le principal foyer se trouve désormais en Amérique latine, et particulièrement au Brésil
Un nouveau cap, un triste record ce dimanche. La pandémie de coronavirus a fait plus de 400.000 morts dans le monde, un nombre qui a doublé en un mois et demi, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.

Au total, au moins 400.052 décès ont été recensés dans le monde (pour 6.926.960 cas) depuis l’apparition du virus en Chine en décembre, dont près de la moitié en Europe. Le seuil des 200.000 morts avait été franchi il y a 43 jours, le 25 avril.

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (109.802) et de cas (1.920.061). L’épidémie y reste très active : en moyenne plus de 900 nouveaux décès y ont été recensés quotidiennement ces sept derniers jours. Suivent le Royaume-Uni (avec un total de 40.542 décès pour 286.194 cas), le Brésil, devenu vendredi le troisième pays le plus durement frappé (35.930 morts pour 672.846 cas), puis l’Italie (33.846 décès, 234.801 cas) et la France (29.142 décès, 190.631 cas).

Le Brésil, pays où l’épidémie progresse le plus rapidement

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toujours qu’une fraction du nombre réel de contaminations, certains pays ne testant que les cas les plus graves, d’autres utilisant les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposant que de capacités de dépistage limitées.

Selon les données disponibles, le Brésil est actuellement le pays où l’épidémie progresse le plus rapidement. En moyenne ces sept derniers jours, plus de mille nouveaux décès et près de 25.000 nouvelles contaminations y ont été recensés chaque jour.

Après la Chine puis l’Europe à partir de mars, l’OMS a déclaré le 22 mai que l’Amérique du Sud était le «nouvel épicentre» de la pandémie. 64.100 décès et 1.291.471 cas étaient recensés en Amérique latine et aux Caraïbes. Entre le 25 avril et le 7 juin, période durant laquelle le nombre de morts a doublé dans le monde, le nombre de décès y a été multiplié par près de neuf. AFP

 

AlloAfricaNews