Le milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz, magnat du diamant, est arrivé en Suisse pour être jugé pour corruption présumée liée à un important accord minier en Guinée.

Il a toujours nié que sa société, BSGR, a payé des pots-de-vin de plusieurs millions de dollars pour obtenir des permis d’exploration d’un gisement de fer dans le sud de la Guinée en 2008.

Il s’est rendu à Genève depuis Israël pour ce procès de deux semaines.
S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à dix ans de prison.

Steinmetz, 64 ans, a déjà été condamné par contumace à cinq ans de prison par un tribunal roumain pour blanchiment d’argent.

Selon les procureurs suisses, Steinmetz a versé environ 10 millions de dollars en pots-de-vin, en partie par le biais de comptes bancaires suisses, pour obtenir les droits sur les gisements de minerai de fer de Guinée dans les montagnes de Simandou.

Cette région est censée contenir les plus grands gisements de minerai de fer inexploités au monde.Son avocat, Marc Bonnant, déclare que “nous allons plaider son innocence”.

Selon les procureurs, les pots-de-vin aux fonctionnaires guinéens ont été payés avec l’aide de Mamadie Touré, la veuve de l’ancien président guinéen Lansana Conté. Ils allèguent également que Steinmetz a falsifié des documents liés au contrat.

Selon Imogen Foulkes, de la BBC à Genève, Mme Touré a été décrite comme le témoin vedette de l’accusation, mais sa présence au tribunal est peu probable – elle vit maintenant aux États-Unis. Elle n’a pas encore fait de déclarations sur ce procès.

Le mois dernier, M. Bonnant a déclaré à l’agence de presse Reuters que M. Steinmetz n’avait “jamais versé un centime à Mme Mamadi Touré” et qu’elle n’était pas mariée à Lansana Conte. “Elle n’est pas un agent public et ne peut donc pas être corrompue”.

Malgré ses vastes ressources naturelles, la Guinée reste l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, et n’a guère profité de la mine de fer de Simandou.

Le “jackpot

Steinmetz a obtenu les droits en échange d’un investissement d’environ 160 millions de dollars, mais il en a ensuite vendu la moitié à la multinationale minière brésilienne Vale, 18 mois plus tard, pour 2,5 milliards de dollars, réalisant ainsi un bénéfice considérable.

À l’époque, la presse financière parlait de “jackpot”. Mais cela a également soulevé des questions sur les raisons pour lesquelles les droits initiaux ont été accordés à un prix aussi bas.

Le milliardaire soudanais des télécommunications et militant anti-corruption, Mo Ibrahim, s’est interrogé à l’époque en ces termes : “Les Guinéens qui ont fait cela sont-ils des idiots, des criminels ou les deux?”

Steinmetz a toujours insisté sur le fait qu’il n’avait rien fait de mal. Dans une rare interview en 2012, il a déclaré au Financial Times que “les gens n’aiment pas le succès” et qu’il était normal de poursuivre “les opportunités de manière agressive”.
Le gouvernement guinéen a dépouillé BSGR de ses droits miniers en 2014, citant des preuves de corruption, ce que la société a nié. BBC

 

AlloAfricaNews

LEAVE A REPLY

Votre commentaire :
Votre nom :