Le premier ministre syrien Riad Hijab a fait défection lundi et rejoint l’opposition, le plus haut responsable à rompre avec le régime du président Bachar al-Assad depuis le début d’une révolte inédite il y a 16 mois.

Sur le terrain, l’armée syrienne bombardait à l’artillerie le principal bastion rebelle à Alep (nord), toujours en proie à des combats, alors qu’un attentat à la bombe a visé le matin la télévision officielle à Damas, principal outil de propagande du régime, faisant des blessés.
Riad Hijab, un sunnite nommé Premier ministre il y a deux mois par le président Assad, de confession alaouite, a fait défection avec sa famille en Jordanie en raison des «crimes de guerre et de génocide» commis par le régime, a annoncé son porte-parole à Amman, Mohamed Otri.
M. Hijab, 46 ans, est originaire de la ville de Deir ez-Zor, théâtre d’affrontements importants entre les forces syriennes et les rebelles depuis le début des troubles dans le pays. Il était également membre du parti Baas et exerçait les fonctions de secrétaire général de la branche arabe du parti Baas à Deir ez-Zor.