Ismaël Léo Bangoura, directeur général de Radio Basse Côte Internationale de Siattle

La Radio Basse Côte internationale de Siattle ne participera pas à la campagne de sensibilisation sur le Covid-19 envisagée par l’Ambassade de Guinée aux Etats-Unis. C’est ce qu’a indiqué son directeur général M. Ismaël Léo Bangoura dans un entretien téléphonique à AlloAfricaNews ce dimanche 26 avril 2020.

“Nous ne pouvons pas participer à cette campagne parce que l’Ambassade en a fait une affaire ethnique”, a t-il déploré. M. Léo s’en prend particulièrement à Mamadou Diallo, un conseiller obscur de Kerfalla Yansané qui a représenté l’ambassade à une réunion de prise de contact jeudi dernier ayant pour objectif, dit-on, le lancement d’une campagne de sensibilisation sur la pandémie de Covid-19 destinée aux ressortissants guinéens des Etats-Unis.

“Ce conseiller de l’ambassadeur Yansané n’est ni transparent, ni logique. A cette réunion il n’avait invité que ses parents. A l’exception de Radio Basse Côte Internationale de Siattle, j’ai été déçu de constater que les autres radios représentant la Haute Guinée et la Fôrêt étaient absentes. Pourquoi?”

Léo a d’autre part accusé Mamadou Diallo de monopoliser la parole en refusant d’être réceptif aux suggestions des autres participants. C’est ainsi, dit-il, qu’il a donné à la campagne le nom “Covid-19 Média Guinée”. Selon Léo, ce nom n’est pas représentatif et suscite un conflit d’intérêt. Il se demande pourquoi un projet d’une Ambassade doit-il porter le nom d’une entité communautaire ou privée?

Pour M. Léo, l’attitude de Mamadou Diallo semble confirmer les rumeurs d’une pratique discriminatoire qui règne à la chancellerie guinéenne à Washington où certains collaborateurs sont expropriés de leurs prérogatives au profit d’autres acquis à la cause du chef de mission.

M. Léo estime par ailleurs que l’Ambassade de Guinée à Washington, qui demeure très impopulaire parmi les guinéens depuis l’arrivée de Kerfalla Yansané en 2018, veut profiter de cette période de pandémie pour rédorer son blason terni et extorquer de l’argent pour des fins personnelles au détriment des guinéens en souffrance ici.

AlloAfricaNews avait contacté l’ambassadeur Yansané pour donner sa version des faits mais il a décliné.

Depuis l’apparition de Covid-19, 21 guinéens ont perdu la vie aux Etats-Unis, principalement à New York. Alors que nombreuses représentations diplomatiques s’activent en volant au secours de leurs concitoyens victimes de cette maladie, l’Ambassade de Guinée a largement brillé par son absence. C’est du moins ce qu’affirme Elhadj Saliou Diallo, membre d’une association guinéenne à caractère humanitaire basée à New York.

Alphadio Barry, décédé à New York le samedi 18 avril 2020 à l’âge de 48 ans des suites de coronavirus.

“L’Ambassade ne nous a encore rien apporté comme soutien. Ni financièrement, ni moralement. La seule fois que l’Ambassade s’est manifestée -c’était au début de la crise quand ils ont envoyé une lettre de condoléances à une des familles endeuillées. Evidemment, nous n’attendons rien de cette Ambassade”, a t-il lancé.

M. Diallo rappele que lors de la crise d’Ebola les responsables de son association avaient contacté l’Ambassade pour valider une lettre qu’ils voulaient utiliser pour mobiliser les moyens afin d’assister les victimes au pays mais en vain.

“Ils n’avaient jamais repondu. A l’époque -c’était juste une lettre. Maintenant que nous parlons de crise sanitaire avec des implications financières pensez-vous qu’ils vont nous repondre?”, s’est-il interrogé.

Selon Elhadj Saliou Diallo, les familles des victimes guinéennes de Covid-19 aux Etats-Unis bénéficient actuellement de l’assistance des associations telles que Bhotal Fi Banthal, Foutah Commission et l’Union du Foutah. En plus de l’argent pour enterrer les morts, ces associations fournissent aussi des vivres et autres nécessités, a t-il ajouté. Alsény Ben Bangoura

 

AlloAfricaNews