L’université de Princeton a annoncé que son école des affaires publiques et internationales ne portera plus le nom de Woodrow Wilson, un ancien président américain aux idées racistes.

Déboulonner les statues et renommer rues et bâtiments. Depuis la mort de George Floyd en mai dernier, un vent de contestation souffle aux États-Unis et de nombreux Américains demandent de rebaptiser des lieux ou de retirer des sculptures représentant des personnalités au passé raciste.

L’université de Princeton (New Jersey) suit ce mouvement en prenant la décision vendredi de renommer son école des affaires publiques et internationales. Celle-ci portait le nom de Woodrow Wilson, le 28e président des États-Unis.

Woodrow Wilson (1856-1924) a gouverné les Etats-Unis entre 1913 et 1921. A l’étranger, le père fondateur de la Société des Nations (ancêtre de l’ONU) incarne la fin de l’isolationnisme américain. Mais dans son pays, le président américain avait laissé les Etats du Sud pratiquer la ségrégation et il avait autorisé les ministères fédéraux à séparer leurs employés noirs de leurs employés blancs. Il avait notamment autorisé à la Maison-Blanche la diffusion du film “Naissance d’une nation”, un film prenant position en faveur du Klu Klux Klan.

Wilson “a pratiqué la ségrégation dans la fonction publique de cette nation”

“Ses politiques et opinions racistes font de son nom quelque chose d’inapproprié pour une école où les étudiants, le personnel et les anciens élèves doivent être pleinement investis dans la lutte contre le fléau du racisme”, a indiqué dans un communiqué le président de l’université, Christopher Eisgruber, après un vote du conseil d’administration. AFP

 

AlloAfricaNews