Nancy Pelosi, grande figure de la politique américaine, a annoncé jeudi renoncer au poste de cheffe des démocrates dans la future Chambre des représentants, où les républicains ont obtenu la majorité.

«Je ne vais pas me représenter à la direction démocrate du prochain Congrès», a déclaré l’actuelle présidente de la Chambre, 82 ans, lors d’un discours prononcé dans l’hémicycle où elle a dit vouloir laisser place à «une nouvelle génération».

Le président Joe Biden lui a immédiatement rendu hommage, saluant en elle une «fervente défenseure de la démocratie».

Sous les applaudissements, elle a évoqué les souvenirs de ses 35 ans passés à la Chambre, qu’elle a vu évoluer pour être «plus représentative de notre belle nation».

Nancy Pelosi, première femme à occuper le perchoir de la chambre basse, a aussi parlé des moments plus sombres, comme l’assaut contre le Capitole le 6 janvier 2021.

«La démocratie américaine est majestueuse, mais elle est fragile», a-t-elle prévenu.

Nancy Pelosi a maintenu jusqu’au bout le suspense sur son retrait, emportant chez elle deux versions différentes de son discours. Elle continuera à siéger à la Chambre, comme simple élue de Californie.

«On se souviendra de Nancy Pelosi comme d’une des parlementaires les plus accomplies de l’histoire américaine – repoussant les limites, ouvrant des opportunités et oeuvrant au service des Américains», a commenté sur Twitter l’ancien président démocrate Barack Obama.

Troisième personnage de l’État américain, elle est connue pour son rôle de première opposante à Donald Trump, qu’elle a farouchement combattu lorsqu’il occupait la Maison Blanche. Tacticienne douée d’un flair politique hors pair, elle a souvent fait la pluie et le beau temps sur la colline du Capitole où elle a été élue « speaker » dès 2007.

Ces derniers mois, c’est son engagement en faveur de Taïwan qui a beaucoup fait parler : sa visite sur l’île revendiquée par les autorités chinoises, cet été, avait provoqué la colère de Pékin.

Fin octobre, son mari Paul a été attaqué en pleine nuit à leur domicile en Californie par un homme armé d’un marteau. Il cherchait en fait Nancy Pelosi, qu’il accusait de mentir et à qui il comptait «briser les rotules». Le drame a marqué la démocrate, qui s’était dite «traumatisée». Au début de son discours, elle a d’ailleurs eu un mot pour son mari, « partenaire bien-aimé» et «soutien». Agence

 

AlloAfricaNews