Des candidats républicains ont essuyé mardi d’embarrassantes défaites pour Donald Trump, qui s’était personnellement impliqué dans les campagnes électorales locales en appelant à barrer la route aux démocrates « radicaux », à un an de la présidentielle américaine.

Dans un pays très divisé, ces scrutins étaient attendus comme un test révélateur de la popularité de Donald Trump, quatrième président seulement de l’histoire américaine menacé par une procédure de destitution, à cause de l’affaire ukrainienne.

Ironisant sur la frénésie médiatique, le milliardaire républicain avait eu ces mots prémonitoires lundi soir, en appelant ses supporteurs dans l’État conservateur du Kentucky à aller voter: «Parce que si on perd, cela envoie un très mauvais message […] vous ne pouvez pas laisser cela m’arriver», avait-il lancé à la foule de quelque 20 000 personnes.
Vingt-quatre heures plus tard, c’est le candidat démocrate qui a arraché la victoire au gouverneur sortant républicain.

La différence de voix est très mince et le républicain Matt Bevin n’a pas admis sa défaite au milieu de la nuit, malgré les déclarations en ce sens des autorités.

Mais même de peu et face à ce gouverneur impopulaire, la victoire du démocrate Andy Beshear, dans cet État que Donald Trump avait remporté avec une écrasante avance de 30 points sur sa rivale démocrate Hillary Clinton en 2016, provoquait des ondes de choc.
Le locataire de la Maison-Blanche a réagi en affirmant que M. Bevin avait «gagné au moins 15 points ces derniers jours».

«Mais peut-être pas assez (Les médias bidons feront toujours retomber la faute sur Trump !)», a-t-il tweeté. AFP

 

AlloAfricaNews