Dans un communiqué reçu ce mardi à AlloAfricaNews, Washington estime que Mme Zenab Jammeh contrôle de nombreux avoirs à l’étranger de son mari, Yahya Jammeh, l’ancien dictateur corrompu de la Gambie, qui a été sanctionné par le Département du Trésor en 2017.

Le Département d’État avait désigné Zenab Jammeh en décembre 2018 en tant que membre de la famille immédiate de Yahya Jammeh, qui a été simultanément désigné pour son implication dans une corruption importante. Leurs enfants ne peuvent pas non plus entrer aux États-Unis en raison de la désignation de 2018.

Zenab Jammeh est sanctionnée pour son rôle dans l’assistance matérielle, le parrainage ou le soutien à son mari. Selon le gouvernement americain, l’ex-premiere dame a utilisé une fondation caritative et des organismes de bienfaisance comme couverture pour faciliter le transfert illicite de fonds à son mari.

Les États-Unis utilisent des sanctions économiques pour promouvoir la responsabilité de ceux qui aident ou facilitent la corruption perpétrée par des personnes comme Yahya Jammeh, qui abusent de leurs pouvoirs pour s’enrichir. AlloAfricaNews