Trente-neuf corps ont été découverts dans la nuit de mardi à mercredi dans une zone industrielle à l’est de Londres dans un camion dont le chauffeur a été arrêté pour meurtre, a annoncé la police britannique.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le camion, découvert à Grays, dans l’Essex, à environ 35 km de Londres, «est de Bulgarie».

Les autorités n’ont pas donné toutefois plus de précisions sur le véhicule.

Il était entré au Royaume-Uni le 19 octobre à Holyhead, port situé sur la côte ouest de la Grande-Bretagne et desservant notamment l’Irlande.

Aucune indication n’a été apportée dans l’immédiat sur l’origine des victimes ni sur le fait de savoir s’il s’agissait de migrants. Nombre d’entre eux tentent de rejoindre le Royaume-Uni ces dernières années en se cachant dans des remorques de camion ou en utilisant des embarcations pour traverser la Manche.

Face au renforcement des contrôles sur les côtes de la Manche, l’Irlande peut constituer un pays de transit sur les routes de migration en raison de l’ouverture des frontières entre le pays et le Royaume-Uni.

Le premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit « horrifié » par cet événement «tragique». «Mes pensées sont avec ceux qui ont perdu leur vie et leurs proches», a-t-il déclaré dans un tweet.

La ministre de l’Intérieur Priti Patel s’est déclarée «choquée et attristée», expliquant que les agents des services de l’immigration travailleront « étroitement » avec la police pour établir comment «cet événement horrible a pu se produire».

«Le processus d’identification des victimes est en cours», selon Andrew Mariner, responsable de la police de l’Essex, cité dans un communiqué.

La police a été alertée peu avant 1 h 40 locale (20 h 40 à Montréal) par les services de secours, qui ont découvert les victimes, selon un communiqué de la police de l’Essex. Il s’agirait de 38 adultes et d’un adolescent.

Le chauffeur du camion, originaire d’Irlande du Nord et âgé de 25 ans a été placé en garde à vue, a ajouté M. Mariner.

«Business ignoble»

Un cordon de sécurité a été mis en place et les accès de la zone industrielle de Waterglade, où le camion a été découvert, ont été fermés.

Jackie Doyle-Price, députée de la circonscription, s’est dite «écœurée». «Le trafic d’êtres humains est un business ignoble et dangereux», a-t-elle ajouté, espérant que « ces meurtriers » soient traduits en justice.

En août 2015, 71 migrants, originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, en route pour l’ouest de l’Europe, étaient morts dans un camion frigorifique en Autriche.

Le drame, survenu en août 2015, avait ébranlé l’opinion publique internationale, au pic de la crise des réfugiés.

Les enquêteurs avaient mis au jour un réseau de passeurs dirigé par un Afghan d’une trentaine d’années.

Les victimes, qui voulaient se rendre en Allemagne, avaient été embarquées dans le sud de la Hongrie, non loin de la frontière serbe, le 26 août 2015. Entassées sur 14 mètres carrés, avec moins de 30 mètres cubes d’air pour respirer, elles avaient succombé en moins de trois heures.

Le camion avait été découvert le lendemain abandonné avec son macabre chargement sur le bas-côté d’une autoroute autrichienne à proximité de Parndorf, à la frontière hongroise.

Les quatre principaux trafiquants du réseau ont été condamnés à la prison à perpétuité par la justice hongroise. AFP

 

AlloAfricaNews