La très libérale Liz Truss a remporté lundi la course pour devenir première ministre britannique et succéder à Boris Johnson, promettant aussitôt d’agir de manière «audacieuse» face à la crise historique du pouvoir d’achat qui frappe le Royaume-Uni.

Âgée de 47 ans, Liz Truss, qui a mené une campagne très à droite axée sur les baisses d’impôt, deviendra mardi la troisième femme à diriger le gouvernement britannique, après Margaret Thatcher et Theresa May.

La ministre des Affaires étrangères s’est imposée avec 57 % des voix – une avance plus faible que prévu, face à son ancien collègue des Finances Rishi Sunak (43 %) –, à l’issue d’un vote interne au parti conservateur, déclenché par la démission début juillet de Boris Johnson, acculé par les scandales à répétition.

Élue cheffe du parti, Liz Truss va automatiquement accéder au pouvoir en raison de la majorité dont bénéficient les « tories » à la Chambre des communes.

Restée fidèle jusqu’au bout à Boris Johnson, qu’elle a fait applaudir dans son discours de victoire, elle va entrer à Downing Street dans un contexte économique et social explosif, marqué par une inflation qui dépasse les 10 %, une hausse exorbitante des factures d’énergie prévue à l’automne et des grèves qui s’étendent. Reuters

 

AlloAfricaNews