Jubilation et liesse populaires en Guinée après l’arrestation du dictateur guinéen Alpha Condé, ce dimanche lors d’un coup d’Etat effectué par les forces spéciales guinéennes.

Les forces spéciales guinéennes ont affirmé dimanche 5 septembre avoir capturé le dirigeant du pays  Alpha Condé et «dissoudre» les institutions, dans une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux.

«Nous avons décidé après avoir pris le président, qui est actuellement avec nous (…), de dissoudre la Constitution en vigueur, de dissoudre les institutions ; nous avons décidé aussi de dissoudre le gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes», dit un des putschistes en uniforme et en armes.

«La situation sociopolitique et économique du pays, le dysfonctionnement des institutions républicaines, l’instrumentalisation de la justice, le piétinement des droits des citoyens, l’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’administration publique, la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique ont amené l’armée républicaine (…) à prendre ses responsabilités vis-à-vis du peuple souverain de Guinée», explique encore ce même responsable militaire.

«Nous appelons nos frères d’armes à l’unité, afin de répondre aux aspirations légitimes du peuple de Guinée. Nous les invitons également à rester dans les casernes et continuer leurs activités régaliennes. Nous n’allons pas refaire les erreurs du passé», prévient aussi ce militaire.

Dans une autre vidéo, non authentifiée dans l’immédiat, on peut voir des putschistes avec le président Condé. Ils lui demandent s’il a été maltraité, et Alpha Condé, en jeans et chemise dans un canapé, refuse de leur répondre.

Après avoir imposé une nouvelle constitution pour s’éterniser au pouvoir, Alpha Condé a été réélu l’année dernière lors des élections très controcersées. Avec AFP

 

AlloAfricaNews