Des scènes de violences ont été notées ce samedi à Conakry et à. l’intérieur du pays à 24 heures de la tenue du double scrutin législatif et référendaire, contesté par les poids lourds de l’opposition, rapporte APA..

Dans les fiefs de l’opposition, logeant la route Leprince, dans la commune de Ratoma, les commerces sont fermés et le transport paralysé. Des altercations sont enregistrées entre manifestants et forces de l’ordre.

A l’intérieur du pays, notamment à Yomou, le tribunal de paix a été incendié. A Mamou, une école devant abriter des bureaux de vote a été brûlée par des manifestants.

Ce dimanche, les Guinéens sont appelés aux urnes pour élire leurs députés, mais aussi à se prononcer sur un projet de modification de la constitution qui pourrait permettre au président Condé de s’éterniser au pouvoir.

A ce double scrutin, les partis politiques et organisations de la société civile membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), s’opposent et appellent à des manifestations ce 21 et 22 mars, pour empêcher la tenue de ces élections. Avec APA

 

AlloAfricaNews