Dans une déclaration rendue publique jeudi soir, le FNDC a dénoncé le refus «catégorique et injustifié du gouvernement à restituer les corps des jeunes tués par les forces de l’ordre et de sécurité lors des manifestations contre le troisième mandat en faveur de M. Alpha Condé entre janvier et février et mars 2020. au FNDC et aux familles afin de les enterrer dignement».

Selon le Front national pour la défense de la Constitution, il s’agit au total de huit corps confisqués par le régime repressif de M. Alpha Condé et gardés à la morgue de l’hôpital Ignace Deen de Conakry. Ce sont:

Mamadou Issa Bah, Mamadou Saidou Daillo, Mamadou Ciré Diallo tués en janvier
2020 Idrissa Barry et Souleymane Barry tués en février 2020.
Mamadou Hafiziou Diallo, Ousmane Barry et Mamadou Saliou Bah tués en mars 2020.

Le refus des autorités de communiquer le résultat d’autopsie qui confirme les morts par balle et l’usage des armes de guerre contre les manifestants irrite également le FNDC.

«Suite aux dénonciations faites par des parents des victimes dans les médias, le gouvernement veut procéder de façon clandestine à la restitution des corps aux familles sans leur transmettre les rapports d’autopsie qui établissent les causes de décès», a-t-on lu dans la déclaration.

Dans la même déclaration, Le FNDC condamne cette attitude qu’il qualifie d’inhumaine et d’irresponsable de M. Alpha Condé et de son gouvernement qui s’évertuent à cacher la vérité de leur crime contre les populations.

«Le FNDC exige la restitution immédiate des corps confisqués par le gouvernement, la transmission de tous les rapports d’autopsie aux parents de victimes et réitère son appel à une enquête indépendante de la Cour Pénale Internationale (CPI) sur les nombreux crimes commis par le régime de M. Alpha Condé». Mamadou  Said Diallo

 

AlloAfricaNews

LEAVE A REPLY

Votre commentaire :
Votre nom :