Lors d’une rencontre a laquelle six sociétés étrangères ont pris part, le chef de la junte au pouvoir en Guinée, le colonel Mamadi Doumbouya, a exprimé le désir que la bauxite guinéenne soit désormais transformée sur place. Pour ce faire, il demande aux entreprises minières opérant dans le pays de construire des raffineries. Selon lui, cela est essentiel pour assurer un partage équitable des revenus. Il donne à ces entreprises jusqu’au 31 mai pour proposer un calendrier précis.

Le colonel Doumbouya dit «conscient de la complexité d’un projet de construction de raffineries», mais c’est «non négociable», a t-il martelé.

La bauxite est essentielle à la fabrication de l’aluminium et le pays en dispose des plus importantes réserves mondiales avec une estimation de 7,4 milliards de tonnes. Mais seulement une infime partie du minerai est traitée en Guinée, notamment à Fria, à 160 kilomètres au nord-est de Conakry par Rusal, une entreprise russe et leader mondial de la production d’aluminium.

Selon les spécialistes, la bauxite représente 8% du budget de l’État et 16% du PIB guinéen. “Cela ne peut continuer”, estime le colonel Doumbouya. AlloAfricaNews