«Si rien n’est fait, nous irons en grève le jeudi 9 janvier », a soutenu Aboubacar Soumah, Secrétaire général du SLECG, rappelant qu’auprès du gouvernement, le syndicat a déposé une correspondance dans laquelle il a «rejeté purement et simplement» le rapport général de l’assainissement du fichier de l’éducation.

«Nous avons adressé une deuxième correspondance au gouvernement dans laquelle nous avons demandé à ce qu’il fasse une proposition concrète sur les 8 millions de francs guinéens comme salaire.

Deuxièmement, nous avons demandé l’intégration sans condition des contractuels. Jusqu’à aujourd’hui, samedi 4 janvier 2020, nous n’avons reçu aucune contre-proposition», a-t-il fait savoir.

Cependant, dans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an, le chef de l’Etat Alpha Condé avait loué les efforts déployés pour améliorer la situation des enseignants.

«Dans le secteur de l’éducation, les économies réalisées lors de l’assainissement du fichier serviront à améliorer la situation des enseignants, sans affecter l’indice salarial, conformément au protocole d’accord signé par le Gouvernement et les partenaires sociaux en janvier 2019», avait souligné Alpha Condé.

Il faut noter que ces 4 dernières années, le secteur éducatif guinéen a connu plusieurs grèves, qui parfois ont entrainé des troubles meurtriers. APA

 

AlloAfricaNews