L’envoyé spécial du secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) en compagnie du président de la Commission électorale nationale indépendante guinéenne (CENI), a annoncé ce lundi à Conakry, que les élections législatives initialement prévues le 28 décembre 2019 ne pourront pas se tenir à cette date, rapporte APA.

Selon Tiéman Coulibaly, ce report est dû à des problèmes d’ordre technologique. « Un nouveau logiciel est en train d’être mise en œuvre par la CENI », a indiqué Tiéman Coulibaly, soulignant que cette avancée technologique nécessite un travail très important.

«Des partenaires sont en train de travailler pour que le logiciel soit installé avant d’être déployés sur le terrain pour le début, non seulement, de l’enrôlement, mais aussi du nettoyage du fichier électoral», martèle M. Coulibaly, au cours d’une conférence de presse.

«Nous avons fait des suggestions dont le gouvernement a pris acte. Je suis en mesure de vous dire que la date du 28 décembre qui a été proposée par la CENI pour la tenue des élections législatives est à reconsidérer. Cette date sera difficile à mettre en œuvre» a souligné M. Coulibaly. APA

 

AlloAfricaNews