L’histoire a fait la Une des journaux. En pleine crise du coronavirus, une adolescente indienne de 15 ans a transporté son père blessé sur le porte-bagages de son vélo pendant sept jours, parcourant 1200 kilomètres. Un exploit remarqué par la Fédération indienne de cyclisme, qui lui a proposé de faire des tests de recrutement.

Leur voyage a défrayé la chronique. Jyoti Kumari, 15 ans, a pédalé, avec son père Mohan Paswan et leurs possessions sur le porte-bagages d’un vélo d’occasion, de Gurugram, près de New Dehli, à leur village de l’Etat de Bihar, selon les médias locaux. Ils sont arrivés au village le 16 mai, après un périple de 1.200 kilomètres parcourus en seulement sept jours.

Le père de la jeune femme, un conducteur de pousse-pousse, est un des millions de travailleurs migrants ruinés par le confinement décidé en mars par les autorités pour tenter de ralentir la progression de la pandémie de coronavirus. Sans argent pour payer le loyer ou acheter de la nourriture, les transports publics arrêtés, beaucoup d’entre eux se sont mis en route à pied ou à bicyclette vers leurs villages d’origine.

L’histoire a aussi attiré l’attention de la Fédération indienne de cyclisme, qui a proposé à Jyoti Kumari de passer un test pour tenter d’intégrer l’équipe nationale. “Elle a parcouru cette distance en sept jours avec son père et aussi des bagages. Je pense qu’elle a quelque chose en elle (…), ce niveau d’endurance. Nous pouvons la tester”, a déclaré le président de la fédération, Onkar Singh.

“Elle a dit que tout ce qu’elle voulait était de faire des études. Nous lui avons dit que nous prenons aussi en charge les études dans nos académies”, a-t-il ajouté. Selon la fédération, l’adolescente devrait revenir à New Dehli lorsque les restrictions de déplacements auront été levées. Elle passera alors des tests pour s’assurer qu’elle est apte à la compétition.

Le gouvernement Indien souhaite procéder à un allègement progressif du confinement, le plus vaste du monde, imposé à une population de 1,3 milliard de personnes, dont des millions ont perdu leur emploi. Le nombre de nouveaux cas augmente chaque jour, avec au moins 6.600 nouvelles contaminations signalées samedi. Le ministère de la Santé a confirmé au moins 125.101 cas et 3.720 décès. Selon les experts, le pic de l’épidémie ne devrait pas intervenir en Inde avant juin ou juillet, alors que les autorités doivent livrer une bataille de plus en plus rude pour contenir la diffusion du virus à Bombay, New Delhi et d’autres mégapoles. AFP

 

AlloAfricaNews