Au Niger avec l’insistance de Mamadou Tanja à changer le nombre de mandats a inspiré le Burkina Faso.

Car souvenez vous que c’est en plein midi que le colonel Salou Djibo a renversé le pouvoir dit démocratiquement élu et a organisé une transition de 12 mois puis il s’est définitivement rangé on entend même plus parler de lui au point que nous croyons que le cas du Burkina Faso est nouveau.

Alors je plains les actuels adeptes de changements de mandats comme la RDC, le Congo Brazzaville, Burundi et consorts.

Je crois que les populations africaines sont en train de gagner du terrain. Les fantaisie de changements de constitutions et les élections tripatouillées seront difficiles à consommer dans les prochaines années.

La nouvelle génération doit se positionner à défendre ces valeurs pour éviter d’être engloutis dans le ravin des présidents suicidaires.

Fatou Baldé Yansané

La rédaction de AlloConakry.com et de RKI encourage ses visiteurs et toutes les bonnes volontés à contribuer à sa page d’opinion, mais celle-ci se réserve le droit de réfuser tout article d’opinion contenant des propos jugés diffamatoires ou haineux. Les articles d’opinions contenant des informations plagiées ou non vérifiables seront purement et simplement rejetés. AlloConakry.