Tamer Farouk, directeur régional principal chez Oracle pour l'Afrique de l'Est et de l'Ouest. APO

Les technologies telles que l’Internet des objets (IdO), l’intelligence artificielle (IA), la réalité virtuelle et la réalité augmentée (RV/RA) sont un sujet brûlant pour les entreprises et les gouvernements depuis quelque temps maintenant. Leur potentiel perturbateur n’étant plus à débattre, il s’agit à présent pour les leaders de saisir les opportunités offertes par ces technologies.

Dans cet article, nous examinerons trois domaines distincts où le leadership peut prendre des mesures pour s’assurer que l’organisation capitalise sur les avantages des technologies innovantes: l’espace de travail, les collaborateurs et la culture du travail. Ces trois concepts sont englobés par International Data Corporation (IDC) sous un cadre conceptuel unique: le «futur du travail».

Bâtir le nouvel espace de travail: pouvoir travailler n’importe où, n’importe quand et avec n’importe quel appareil

L’IDC prédit que, d’ici à 2021, 60 % des entreprises du G2000 auront adopté un modèle d’espace de travail du futur , c’est-à-dire un environnement de travail virtuel/physique à la fois flexible, intelligent et collaboratif. Le studio Janngo, basé en Côte d’Ivoire, se positionne comme une startup sociale qui s’appuie sur la technologie et le capital pour bâtir des écosystèmes numériques. Essentiellement, son but est de créer, de développer et de financer d’autres plateformes numériques et d’aider les entreprises africaines de taille moyenne à gagner en autonomie.

Les organisations tournées vers l’avenir favoriseront le télétravail via l’utilisation de services cloud, tandis que l’automatisation les aidera à réduire leur empreinte physique. L’utilisation de services cloud ne sera pas limitée aux outils de collaboration, mais couvrira les applications d’entreprise et opérationnelles de base telles que la gestion du capital humain, la gestion des relations clients et la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Ces applications seront parmi les éléments clés à l’appui des stratégies axées sur les gains de productivité et l’amélioration de l’expérience client.

Renforcer les effectifs: obtenir des gains d’efficience et de productivité grâce à la technologie

Il ne fait aucun doute que la multiplication des technologies innovantes aura un impact sur le profil des collaborateurs au sein des organisations. Les leaders préconiseront de plus en plus le recours aux assistants numériques dotés d’intelligence artificielle en complément de la main d’œuvre manuelle pour libérer les effectifs des tâches répétitives et sans intérêt et leur permettre ainsi de se consacrer aux activités essentielles. En Côte d’Ivoire, dans le cadre d’un programme pionnier mis en œuvre à Abidjan par la compagnie d’électricité CIE, les participants sont formés au pilotage de drones pour inspecter les lignes à haute tension installées dans l’ensemble du pays. Le réseau, qui s’étend sur plus de 25 000 kilomètres, est en majeure partie inaccessible en raison de la végétation, du réseau routier difficile et des zones inondées. Les drones sont équipés de programmes IA qui analysent les images afin de détecter les défauts, les câbles endommagés et même les boulons rouillés sur les pylônes.

Cette technologie aura pour effet la prolifération des applications dotées d’intelligence artificielle au sein des organisations, en plus de celles destinées aux clients. Les entreprises peuvent tirer parti de l’IA pour définir des parcours d’apprentissage et assurer l’amélioration de l’expérience des employés et leur maintien en poste.

Bâtir une culture du travail sans frontières

Face à l’évolution du modèle de travail, laquelle s’accompagne de nouvelles exigences en matière de talents, les entreprises tournées vers l’avenir ne pourront plus se contenter des sources traditionnelles d’approvisionnement en talents. Elles devront premièrement miser de plus en plus sur les plateformes cloud et les communautés en ligne pour s’assurer l’accès au pool de talents le plus large possible. Elles feront appel aux assistants numériques pour réduire le nombre d’heures-personnes nécessaires au traitement des applications et des plateformes d’intelligence adaptative afin d’améliorer la qualité des candidats prêts à passer les entretiens d’embauche. Ces changements seront apportés pour faire du recrutement un processus décisionnel basé sur les données et aussi fluide que possible, améliorant ainsi non seulement l’expérience de l’équipe des ressources humaines, mais aussi celle du candidat.

De la même façon, les entreprises commenceront à faire davantage appel à des talents extérieurs à leurs effectifs de base, en tirant parti de modalités de travail atypiques, telles que le microtravail, pour compléter leur main-d’œuvre permanente. Un micro-travailleur est une personne qui exécute une petite tâche dans le cadre d’un projet plus vaste. Étant donné les difficultés de financement rencontrées par les startups ivoiriennes, les gens se tournent vers l’entrepreneuriat et les micro-emplois pour joindre les deux bouts. Même si la situation évolue dans le pays, la numérisation de l’environnement est encore loin de devenir la norme pour les entreprises.

Les technologies innovantes seront porteuses de changement à tous les niveaux de la société et dans chaque secteur d’activité. Les leaders qui reconnaissent dans quels domaines l’innovation peut avoir le plus d’impact sur le travail, non seulement en termes de lieu et de méthodes, mais aussi en termes d’objectifs visionnaires, sont appelés à tirer le plus grand bénéfice du pouvoir perturbateur de la technologie.

Cet entretien de Tamer Farouk, directeur régional principal – Responsable des ventes d’applications chez Oracle pour l’Afrique de l’Est et de l’Ouest a été           distribué par African Media Agency pour Oracle.

 

AlloAfricaNews