Après avoir ravagé les cultures de la Corne de l’Afrique, les criquets pèlerins pourraient attaquer l’Afrique de l’Ouest. Une situation inquiétante pour les populations locales, qui comptent déjà plusieurs millions de personnes en insécurité alimentaire.

Les criquets pèlerins vont-ils s’attaquer à l’Afrique de l’Ouest ? Après avoir ravagé près de 800 000 hectares de terres en Éthiopie, au Kenya, en Ouganda, au Yémen et en Somalie, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les insectes se dirigent vers actuellement vers la bande sahélienne.

«Une crise difficile à gérer»

Une situation inquiétante : la région compte 17 millions de personnes en insécurité alimentaire. Une crise acridienne ajouterait 9 millions de personnes. Nous avons deux scénarios. Dans le premier, six pays seraient touchés (Tchad, Niger, Mali, Mauritanie, Burkina Faso et Sénégal) et 300 000 hectares devraient être traités. Dans le second, on ajoute le Nigeria, le Cameroun et la Gambie. Cette fois-ci, c’est 500 000 hectares qu’il faudrait traiter, explique Cumba Sow, chargée du projet Résilience pour l’Afrique de l’Ouest/Sahel (Reowa) à la FAO. La crise serait difficile à gérer pour la région déjà éprouvée par les conflits, le Covid-19 et la crise climatique .

Selon l’experte, les criquets pèlerins, venus de la Corne de l’Afrique se reproduisent actuellement au Soudan du Sud et au sud du Soudan. Mais selon Cyril Piou, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), il est difficile de savoir si les criquets pèlerins rejoindront l’Afrique de l’Ouest. Le Darfour et le Soudan du Sud sont des régions instables où il est difficile d’envoyer des équipes sur le terrain , précise-t-il.

Des conditions climatiques favorables

En provenance du sous-continent indien et du Moyen Orient, les acridiens se sont développés en partie à cause des conditions climatiques favorables. Ces deux dernières années, les cyclones ont été plus fréquents au Moyen-Orient laissant place à de fortes pluies au sud de l’Arabie saoudite et à l’est du Yémen. AFP

 

AlloAfricaNews