Le projet de gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP) devrait ouvrir de nouvelles perspectives pour le Nigeria, a déclaré le Directeur général de la Compagnie nigériane du pétrole (NNPC), Mele Kyari.

M. Kyari s’exprimait mardi à Abuja lors d’une rencontre tripartite entre l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM) et les dirigeants de compagnies pétrolières internationales opérant au Nigéria.

Mercredi, la NNPC a indiqué que la réunion faisait suite à des discussions de haut niveau sur l’accord de coopération dans le domaine des pipelines (APC) pour le projet NMGP signé entre les deux pays lors de visites séparées de leurs dirigeants, le président du Nigeria Muhammadu Buhari, et le roi Mohammed VI du Maroc.

Il a ajouté que l’APC allait faciliter particulièrement la mise en place d’un gazoduc pour approvisionner le Maroc et la sous-région de l’Afrique de l’ouest ainsi que l’Europe.

Pour le moment, les deux pays envisagent d’étendre au Maroc le gazoduc qui pompe du gaz au Nigeria vers le Bénin, le Togo et le Ghana depuis 2010.

S’exprimant peu de temps après la rencontre avec les représentants des multinationales, Mele Kyari a qualifié le projet de stratégique pour le pays, soulignant que celui-ci ouvrirait un marché pour le gaz nigérian.

«Nous avons beaucoup de gaz bloqué, en particulier dans les eaux profondes, que nous devons mettre sur la table. Ce projet nous permettra d’avoir plus de gaz pour la consommation domestique afin d’améliorer l’approvisionnement de l’industrie en électricité et en gaz», a poursuivi le DG de la NNPC.

Il a expliqué par ailleurs que le potentiel de développement du sous-continent ouest-africain et d’une partie de l’Afrique du Nord, contenu notamment le long du corridor de l’oléoduc jusqu’au Maroc et en Europe, était énorme.

«En faisant cela, nous développons également les économies de ces pays le long de ce gazoduc et assurons finalement la paix et la sécurité qui sont nécessaires à la croissance économique de ces pays», a-t-il poursuivi.

Kyari, qui a réaffirmé l’engagement du gouvernement nigérian dans le projet, a également assuré aux compagnies pétrolières internationales (IOC) que les problèmes liés aux conditions fiscales étaient traités, notant toutefois qu’il leur avait enjoint de s’identifier au projet.

Pour sa part, la Directrice générale de l’ONHYM, Amina Benkhadra, a assuré à la NNPC du soutien total du gouvernement marocain au projet, soulignant que les IOC devaient être mises au courant.