bokohL’armée nigériane a lancé jeudi une offensive dans le Nord Est contre les islamistesde Boko Haram, et s’est déclarée prête à user de bombardements aériens pour les déloger des zones qu’ils tiennent.

 

“L’armée nigériane tout entière est impliquée dans cette opération, dont l’armée de l’air”, a déclaré le brigadier général Chris Olukolade, porte-parole des armées.

 

“Nous aurons recours aux bombardements aériens quand nécessaire”, a-t-il ajouté.

 

“Plusieurs milliers” de soldats, des avions et hélicoptères de combat ont été déployés dans le cadre de l’offensive de l’armée contre les islamistes dans les Etats voisins de Borno, Yobe et Adamawa, selon M. Olukolade.

 

Le président nigérian Goodluck Jonathan avait déclaré mardi l’état d’urgence dans ces trois Etats frappés par les attaques de Boko Haram, en assurant que des “mesures extraordinaires” étaient nécessaires pour répondre à la violence croissante.

 

Dans une vidéo reçue lundi, le chef présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait revendiqué deux attaques très meurtrières dans l’Etat de Borno: celle de Baga, le 16 avril, qui avait été suivie d’une violente répression par l’armée, ayant fait au total 187 morts et celle de Bama menée le 7 mai, qui s’était soldée par au moins 55 morts.

 

Le président a présenté comme “une déclaration de guerre” les dernières violences revendiquées par le groupe et il a pour la première fois reconnu que Boko Haram avait pris le contrôle de certaines parties de l’Etat de Borno.

 

Le porte-parole de l’armée a confirmé que les opérations militaires avaient commencé dans les trois Etats, mais il a refusé de donner plus de détails à ce sujet.

 

Cette opération est la plus grosse offensive menée contre Boko Haram depuis 2009, où des soldats avaient envahi Maiduguri, la capitale de Borno, tuant plus de 800 personnes, forçant les islamistes à cesser leurs activités pendant une annéeSelon une source militaire qui a requis l’anonymat,les forces nigérianes ont déjà “lancé une offensive contre des camps terroristes dans le parc naturel de Sambisa” dans le nord de l’Etat de Borno. 

 

Les populations locales s’inquiètent des affrontements entre armée et insurgés. Agence

 

 

 

AlloConakry