Le président américain Joe Biden a exprimé son intention d’exclure l’Ouganda, le Gabon, le Niger et la République centrafricaine du programme commercial spécial entre les États-Unis et l’Afrique, communément appelé (Agoa), la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique.

Selon le chef de l’exécutif américain, ces pays sont impliqués dans des «violations flagrantes» des droits de l’homme.

En vigueur depuis l’an 2000, l’Agoa permet aux pays d’Afrique subsaharienne éligibles  à exporter 1800 denleurs produits aux États-Unis en franchise de douane.

Le président Biden a déclaré que le Niger et le Gabon – qui sont tous deux actuellement sous régime militaire à la suite des coups d’État de cette année – ne sont pas éligibles à l’Agoa parce qu’ils «n’ont pas établi, ou ne font pas de progrès continus vers l’établissement de la protection du pluralisme politique et de l’État de droit».

Il a également déclaré que le retrait de la RCA et de l’Ouganda du programme était dû à des «violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus» par leurs gouvernements.

En mai, le gouvernement américain a déclaré qu’il envisageait de retirer l’Ouganda de l’Agoa et d’introduire des sanctions contre ce pays après l’adoption d’une loi controversée contre l’homosexualité. Avec Agence

 

AlloAfricaNews