L’armée malienne a essuyé vendredi une de ses plus grosses pertes depuis plusieurs années avec la mort de 53 soldats et d’un civil.

Cette attaque à Indelimane n’avait pas encore été revendiquée vendredi soir. Les circonstances de ce nouveau revers militaire n’ont également pas été précisées.
“Le ratissage et le processus d’identification des corps se poursuivent”, a affirmé le ministre malien de la défense.

“Des renforts ont été dépêchés pour sécuriser la zone et traquer les assaillants”, selon un communiqué du gouvernement, sans donner de précisions sur ces derniers.

Des soldats maliens étaient également portés disparus vendredi, selon une source militaire.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes, qui l’ont ensuite évincée. AFP

 

AlloAffricaNews