Une attaque attribuée à des jihadistes a fait au moins 21 morts, dont dix-sept soldats, et 22 blessés, dimanche, dans la ville de Tessit, dans la zone dite des trois frontières. Cette région est fréquemment le théâtre d’affrontements et d’attaques.

Au moins dix-sept soldats et quatre civils ont été tués, dimanche, après une attaque attribuée à des jihadistes dans la ville de Tessit située dans la zone dite des trois frontières entre le Mali, le Burkina et le Niger, a affirmé l’armée malienne lundi 8 août au soir. Un précédent bilan de l’armée faisait état de quatre soldats et de deux civils tués.

L’état-major malien rapporte aussi que neuf militaires sont portés disparus et 22 blessés, ainsi que d’importantes pertes matérielles, dont trois véhicules détruits et des dommages sur d’autres véhicules, les installations des forces armées maliennes (FAMa) et les habitations des civils.

Le bilan est « toujours provisoire et susceptible d’évoluer », selon le communiqué de l’armée, qui dit avoir tué sept ennemis « vraisemblablement de l’État islamique au Grand Sahara et bénéficiant d’un appui drones et artillerie avec un usage des explosifs et véhicule piégé ». Outre les morts, l’armée évoque « un nombre inconnu de blessés emportés par les assaillants ».

« Les opérations clandestines et non coordonnées de survol enregistrées par les FAMa, hier, dimanche et aujourd’hui, confirment la thèse que les terroristes ont bénéficié d’un appui majeur et d’une expertise extérieure », assure l’armée. AFP

 

AlloAfricaNews