Un mois après leur enlèvement par des combattants présumés de Boko Haram, près d’une centaine d’élèves de Dapchi ont été libérées par leurs ravisseurs. Leur libération soulèvent beaucoup d’interrogations au Nigeria.

“Les efforts du président Muhammadu Buhari épaulé par les services de sécurité ont porté leurs fruits” : c’est en ces termes que le gouvernement nigérian a annoncé, dans un communiqué, la libération de 91 filles et un jeune garçon.

Pas de contrepartie selon le gouvernement

Les autorités n’ont pas fait état de versement de rançon. Mais le ministre de l’Information, Lai Mohamed, a parlé de l’implication de pays amis du Nigeria et a expliqué que la libération des filles avait été inconditionnelle.

“Les filles n’ont pas été libérées au même endroit. Certaines ont été retrouvées sur la route. La violence et la confrontation n’auraient pas été la solution car cela aurait pu mettre en danger leur vie”, a déclaré le ministre. Agence

 

AlloAfricaNews