Les appels conjoints d’un groupe de partis d’opposition à une campagne de désobéissance civile visant à mettre un terme au troisième mandat du Président Alassane Ouattara ne présageront probablement pas de la formation d’une coalition politique pour contester les élections du 31 octobre.

Le manque d’unité au sein de l’opposition profitera à Ouattara, entraînant une augmentation de ses chances de victoire de 55% à 65%.

Bien que les tensions politiques resteront probablement fortes avant et après le vote, les risques de troubles sociaux sont modérés et les troubles généralisés de l’ampleur de la crise qui a suivi les élections de 2010 restent très improbables.

Le dimanche 4 octobre, l’ancien président Henri Konan Bedié a appelé à la désobéissance civile en réaction à la décision prise par le Conseil constitutionnel d’approuver la candidature de M. Ouattara au troisième mandat. L’appel de Bedié est probablement destiné à encourager les manifestations de masse (les manifestations ont été interdites jusqu’à la fin du mois).

L’appel a été approuvé par plusieurs partis, y compris des groupes fidèles à l’ancien président Laurent Gbagbo et à l’ancien chef rebelle Guillaume Soro. Gbagbo et Soro, qui ont des condamnations pénales en suspens en Côte d’Ivoire, ont été disqualifiés sans surprise de la course à la présidentielle, ouvrant la porte à une longue alliance électorale entre les deux et Bedie.

Cette démonstration de solidarité au sein des rangs de l’opposition peut sembler un pas dans cette direction, mais elle correspond simplement à un modèle récent de collaboration relativement sans risque sur des questions d’intérêt commun (telles que la réconciliation nationale ou l’inscription des électeurs) sans l’intention de forger des partenariats plus profonds. Comme Eurasia Group l’a expliqué précédemment, une combinaison d’ambitions divergentes et de méfiance persistante parmi Bedié, Gbagbo et Soro a freiné les tentatives précédentes de former une coalition substantielle (voir la note Eurasia Group: Côte d’Ivoire: Downgrading short-term trajectory on the third term of Ouattara candidature, 7 août 2020) et la perspective d’un troisième mandat pour Ouattara ne semble pas avoir donné l’impulsion pour surmonter ces divisions.

Un autre obstacle à la formation d’une coalition est la nécessité de trouver un compromis avec les autres candidats de l’opposition approuvés, à savoir l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan et l’ancien député Kouadio Konan Bertin. Trouver un accord qui fonctionne pour tous sera difficile: Affi dirige la faction légalement reconnue du Front populaire ivoirien qui reste en désaccord avec Gbagbo et ses partisans sur qui est le chef légitime du parti. Et Bertin, qui se présente comme indépendant après que sa tentative de défier Bedié pour l’investiture du Parti démocrate de Côte d’Ivoire ait conduit à sa disqualification, ne serait pas disposé à se retirer pour le joueur de 86 ans. L’incapacité de l’opposition à se mettre d’accord sur une alliance électorale garantira que ses votes resteront partagés, renforçant ainsi le chemin de la victoire d’ Alassane Ouattara.

Nous avons noté précédemment que la poursuite par Ouattara d’un troisième mandat pourrait être entravée par le manque d’adhésion des principaux partenaires internationaux, en particulier la France, ou par le retour éventuel de Gbagbo en Côte d’Ivoire avant les élections. Mais si la France n’approuve pas le projet de M. Ouattara de briguer un troisième mandat, elle s’est abstenue de le réprimander publiquement. Cela reflète en partie la compréhension de Paris selon laquelle un autre terme pour Ouattara sera un atout car il lutte contre le sentiment anti-français en plein essor en Afrique de l’Ouest. Ouattara s’est avéré un allié fiable dans la région au cours de sa présidence, jouant plus récemment un rôle déterminant dans la tentative de remplacer le franc CFA, monnaie officielle de l’Afrique de l’Ouest francophone, par l’Eco (voir le rapport Eurasia Group: Africa Political Watch, 17 janvier 2020).

Il est également très peu probable que Gbagbo retourne en Côte d’Ivoire avant les élections – ses restrictions de voyage donnent au gouvernement ivoirien un droit de veto sur son retour et un acquittement de la Cour pénale internationale dans le mois prochain est peu probable.
Compte tenu de ces développements, Eurasia Group maintient la trajectoire à court terme à un niveau négatif, mais déplace le sentiment vers l’extrémité neutre du spectre négatif alors que le risque de perturbations importantes liées aux élections diminue. Il est peu probable que les appels à la désobéissance civile aient une incidence sur cette dynamique – avec Gbagbo en dehors de la Côte d’Ivoire, l’opposition est privée d’un chef charismatique capable d’inciter à des troubles importants.

Les troubles post-électoraux restent au rendez-vous, reflétant le scepticisme persistant de l’opposition quant à la capacité de la commission électorale de mener des élections équitables. Cependant, il est beaucoup plus susceptible de se manifester sous la forme d’une violence fragmentée dans les zones urbaines où l’opposition a une présence significative. Une répétition de la crise de 2011 est peu probable étant donné que les principaux acteurs de ce conflit, en particulier la présence de plusieurs groupes paramilitaires bien armés, n’existent pas actuellement. Pendant ce temps, le renforcement de l’avantage électoral de Ouattara renforce la probabilité que le pays maintienne sa politique économique pragmatique au-delà des élections, en maintenant notre trajectoire à long terme au neutre. Par Tochi Eni-Kalu

L’auteur de cet article est un Associé à la division Afrique au niveau d’Eurasia Group
+1 202.903.0034
Eni-Kalu@eurasiagroup.net

Les articles d’opinion n’engagent que leurs auteurs. La rédaction du site d’informations AlloAfricaNews encourage ses visiteurs et toutes les bonnes volontés à contribuer à sa page d’opinion, mais celle-ci se réserve le droit de réfuser tout article d’opinion contenant des propros jugés haineux ou diffamatoires. AlloAfricaNews

LEAVE A REPLY

Votre commentaire :
Votre nom :