Bah Ousmane, le leader de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) et un obscur conseiller de Sèkhoutouréya depuis 2010, qui avait déclaré récemment que son “contrat avec Alpha Condé était pour deux mandats” et qu’en aucun cas qu’il ne soutiendrait un 3ème mandat, vient de faire un virage à 180 degrés.

Aux dernières nouvelles, il a décidé d’accompagner le dirigeant guinéen en tant que supporter et il s’est engagé à battre campagne afin que celui-ci atteigne son objectif de rester au pouvoir à vie. Et ce, au détriment de sa propre femme Makalé Camara, ancienne minsitre des Affaires étrangères qui se trouve parmi les 12 candidats retenus pour la présidentielle controversée du 18 octobre prochain en Guinée.

Ce volte-face de Bah Ousmane dont la popularité parmi les siens a chuté depuis sa prèmière course à l’élection présidentielle en 2010, est loin de rassurer.

“Voici des politiques qui n’ont pas de morale”, a réagi sur les réseaux sociaux un de ses sympathisans, en souhaitant “bonne chance Tonton.”

Pour un ancien membre fondateur de l’UPR contacté par AlloAfricaNews, la décision de Bah Ousmane d’épauler Alpha Condé est la triste illustration de sa manque de vision.

“Moi je suis un ancien fondateur de l’UPR, mais j’ai abandonné le parti parce que M. Bah Ousmane n’a aucune vision pour le pays. Sa seule préoccupation a toujours été son enrichissement personnel. Apparemment, c’est cette course qu’il continue de poursuivre en s’alignant derrière un dictateur qui a trahi les aspirations légitimes de son peuple”, a en croire à cet ancien  collaborateur qui a préféré garder l’anonymat.

C’est entre les tours de l’élection présidentielle de 2010 que M. Bah Ousmane a rejoint le RPG. Après la victoire nébuleuse de M. Alpha Condé, il a brièvement occupé les fonctions de ministre des travaux publics, avant de rejoindre le pléthore de ministres conseillers à la présidence.

En août dernier, il avait brillé par son absence au congrès du RPG arc-en-ciel, à l’issue duquel Alpha Condé a été invité à briguer un 3ème mandat. A l’époque, Bah Ousmane avait indiqué à la presse qu’il n’avait pas été invité à cette cérémonie onéreuse entièrement financée par la caisse de l’Etat.

Makalé-Camara, ancienne ministre des Affaires étrangères, candidate à l’élection controversée du 18 octobre 2020

Conscient qu’il n’a pas de gravitas nécessaire de se porter candidat et sachant surtout que sa femme n’a virtuellement aucune chance de passer, M. Bah Ousmane a donc préféré de s’accrocher au dictateur guinéen, dans l’espoir que ce dernier pourrait le garder dans ses rouages. Toute chose devant lui permettre de maintenir ses intérêts égoïstes, selon des observateurs. Alsény Ben Bangoura

 

AlloAfricaNews