L’armée rwandaise est intervenue dans l’est de la RD Congo ces derniers mois, directement et en soutien à des groupes armés, selon un rapport d’experts missionnés par les Nations unies.

Depuis novembre 2021, l’armée rwandaise a “lancé des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des Forces armées congolaises”, selon ce rapport transmis au Conseil de sécurité de l’ONU et consulté jeudi 4 août par l’AFP.

Les experts indiquent que Kigali a également “fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques, en particulier lorsque celles-ci visaient à s’emparer de villes et de zones stratégiques”. Le Mouvement du 23 mars (M23) est une ancienne rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013, qui a repris les armes en fin d’année dernière pour demander l’application d’un accord signé avec Kinshasa.

Depuis fin mars, la fréquence et l’intensité des combats ont augmenté drastiquement : le M23 s’est emparé de pans du territoire de Rutshuru, jusqu’à une dizaines de kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Le rapport du groupe d’experts bat en brèche les dénégations des autorités rwandaises et détaillent, preuves à l’appui, l’implication directe du Rwanda “unilatéralement ou conjointement avec les combattants du M23” dans l’est de la RD Congo.

Le 13 juin, la ville stratégique de Bunagana (50 km au nord de Goma), carrefour commercial à la frontière ougandaise, a été prise par le M23 après des affrontements. Des images de drone fournies par la Monusco, des vidéos et photos amateurs et des témoins oculaires établissent la présence des forces armées rwandaises et/ou du transfert de leurs équipements au M23, dans et autour de la ville de Bunagana, la veille et le jour de l’attaque. AFP

 

AlloAfricaNews

LEAVE A REPLY

Votre commentaire :
Votre nom :