L’Union européenne a annoncé lundi la prolongation pour un an, jusqu’à décembre 2019, de ses sanctions visant 14 hauts responsables du régime du président congolais Joseph Kabila, dont son dauphin pour la présidentielle Ramazani Shadary.

Ces responsables sont accusés notamment de violences lors de manifestations en septembre 2016.

Les sanctions, qui consistent en un gel d’avoirs et une interdiction de visa pour l’UE, visent notamment Ramazani Shadary, désigné cette année pour représenter le camp Kabila à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre, selon des documents officiels de l’UE. Agence

 

AlloAfricaNews