Suite à mes récentes sorties contre Kémi Seba qui vient d’être refoulé de l’aéroport de Conakry, certains ont du être surpris que je sorte de ma réserve naturelle pour dénoncer un personnage qui, je reconnais, a réussi à se faire des sympathisants au niveau de certaines couches de la jeunesse africaine. Il est lui même relativement jeune et son âge, son éloquence, son charisme évident ont créé un bilan de sympathie auprès de cette même jeunesse en mal de repère, impatiente devant les difficultés et les nombreux défis que leurs ainés, aujourd’hui au pouvoir, ont du mal à résoudre.

Il y a donc quelque temps que je suis Kémi Seba, depuis ses déboires avec la justice française jusqu’au fameux incident où on l’a vu entrain de bruler un billet de FCFA lors d’une manifestation publique à Dakar. Cet incident lui a valu d’être mis en état d’arrestation et d’être expulsé vers son pays natal, la France. Oui Kemi Seba est né à Strasbourg, en France de parents béninois. Vu ses relations difficiles avec le gouvernement français, il a donc préféré retourner au pays de ses ancêtres, le Bénin, où il finira donc d’établir sa nouvelle base. Durant toute cette folle chevauchée, je n’ai jamais dit le moindre mot à son égard, me contentant d’observer toute cette scène ubuesque avec perplexité!

Jusqu’a ce jour où il a décidé de prendre son avion pour aller en Guinée pour soi disant animer des conférences dans certaines universités de la place et rencontrer ses sympathisants qui selon lui, l’attendaient par milliers à l’aéroport! Il devrait leur parler de sa lutte contre le néo-colonialisme, la corruption et la gabegie financière qui gangrènent nos pays, le tripatouillage de nos constitutions par des dirigeants qui s’accrochent au pouvoir, du panafricanisme et de l’auto-détermination des peuples noirs et bien entendu la dissolution du FCFA, instrument par lequel la puissance colonisatrice maintient sa domination sur de nombreux pays francophones.

Des causes nobles, me direz-vous! Oui j’en conviens des causes nobles! Mais vous vous rendez compte, en Guinée!!! En Guinée, chers compatriotes!!! En Guinée où ce peuple martyr de 1958 a fait les frais de cette lutte que Kémi Seba vient d’embrasser aujourd’hui? En Guinée où on a demandé à ce peuple si éprouvé d’embrasser toutes ces causes nobles des décennies durant sans la moindre retombée politique ou économique? Dans ce beau pays, la Guinée, qui a vu ses meilleurs fils et qui étaient en même temps de valeureux combattants de la liberté, être enfouis dans des fosses communes? Un pays qui n’a même pas encore fini de panser ses plaies? Un pays qui a chanté et glorifié la Révolution des décennies durant? La Guinée, un pays qui a tout donné aux révolutionnaires les plus aguerris, les plus endurcis, les plus charismatiques et les plus éloquents du continent et de la diaspora noire (Sékou Touré, Kwame Nkrumah, Stockely Carmichael (alias Kwame Toure), Amilcar Cabral)?Sans que cela ne puisse apporter le moindre avantage aux enfants du pays? En Guinée, un pays fragilisé par plusieurs crises (grève des syndicats, manifestations postélectorales) au moment même ou Kemi Séba s’apprêtait à fouler le sol guinéen! Comment peut-on être inconscient de tous ces faits? Comment peut-on être insouciant du martyr de ce vaillant peuple qui a tant souffert et se dire que c’est le terreau idéal pour mener un combat, qui est du reste utopique? Comment peut-on être patriote et ne pas s’indigner d’une telle indifférence et voire même d’une telle surexploitation? Qu’est-ce que Kémi Séba attend donc de la Guinée et que veut-il, lui aussi des guinéens? C’est la question que je lui pose et dont je souhaite la réponse

Outre cette manière cavalière par laquelle il a voulu venir en Guinée, je reste très sceptique de la méthode par laquelle il veut arriver à ses fins! Notamment en ce qui concerne le FCFA! Certes il a réussi à initier les manifestations contre cette monnaie dite “coloniale” et à retenir l’attention sur la nécessité de la remplacer par une monnaie unique pour les pays africains. Je suis d’accord que pour une question de souveraineté, nos pays doivent évoluer vers une monnaie unique. Quel patriote africain ne serait pas d’accord avec un projet si noble? C’est une conclusion à laquelle sont arrivés les pays africains depuis plusieurs années déjà et le mécanisme avait été enclenché. Qu’est ce qui a retardé sa mise en application? Et pourquoi tous ces retards? Donc la question fondamentale reste comment allons-nous y arriver? Comment arriver à une monnaie unique dans l’espace CEDEAO? Les préalables et les constitutifs sont-ils en place? Sommes-nous sur la bonne voie? Voilà des questions qui méritent d’être abordées et discutées et dont je me ferai le plaisir de survoler dans une prochaine livraison. Maintenant ce que je redoute, c’est la manière cavalière par laquelle Kemi Seba veut aussi arriver à la dissolution rapide et effective du FCFA sans même tenir compte des préalables. Tout se passe comme s’il voulait jeter le bébé avec l’eau du bain, alors que ceux qui pensent comme moi cherchent au moins à sauver la vie du bébé. Je trouve que cette diabolisation du CFA juste pour arriver à ses fins est maladroite et même fâcheuse. Tout n’a pas été mauvais avec le FCFA, et il y a des aspects positifs qu’il ne faut pas occulter! Malgré tout ce qu’on peut dire, cette monnaie a protégé nos populations des affres de l’inflation, et cela malgré la dévaluation. Il suffit de regarder autour les pays qui ont leur propre monnaie et se rendre compte des effets dévastateurs de l’inflation. Vouloir juste se débarrasser du CFA pour des fins politiques n’est pas la bonne solution.

Le personnage Kémi Seba m’inquiète aussi sur le plan de ses prétendues relations avec des puissances émergentes, étrangères à l’Afrique. On le soupçonne d’avoir des relations avec le Hezbollah, et d’être un pion du mouvement chiite iranien. Sa visite à Moscou où il aurait été chaleureusement reçu dans certains milieux mafiosi a fait froncer les sourcils. Aurait-il reçu de l’argent? Combien et pour quoi faire? Les liens anciens qu’il avait jadis avec le groupe afro-américain Nation of Islam de Louis Farrakhan et le “New Black Panther Mouvement” font ressortir le parcours sulfureux du nouveau chantre du panafricanisme. La question se pose donc de savoir qui est réellement derrière Kémi Seba et à quelles fins?

Et que dire de ses discours antisionistes qui résonnent comme un appel à la haine raciale, et de surcroit contre une communauté qui a payé un lourd tribut au cours de la seconde guerre mondiale? Des propos et des comportements qui sont aux antipodes des valeurs incarnées et défendues par le panafricanisme dont Mr. Kemi Seba veut porter les habits.

Voilà, en bref, tout ce qui me dérange avec Kémi Seba. Il serait donc prudent que la jeunesse africaine exige de lui une clarification sur ce passé obscur, ses motivations réelles et bien entendu pour quels intérêts!!!

Thierno Sadou
Consultant

La rédaction du site d’information AlloAfricaNews encourage ses visiteurs et toutes les bonnes volontés à contribuer à sa page d’opinion, mais celle-ci se réserve le droit de réfuser tout article d’opinion contenant des propos jusgés haineux ou diffamatoires. Les articles d’opinions n’engagent que leurs auteurs.