Les États-Unis vont limiter drastiquement l’entrée des immigrants sans assurance maladie ou n’ayant pas les moyens de payer leurs soins, pour éviter « un fardeau supplémentaire pour le système de santé et les contribuables américains», a décrété vendredi soir le président Donald Trump.

Désormais, seuls les immigrants pouvant prouver qu’ils «n’imposeront pas un fardeau substantiel» au système de santé américain se verront délivrer des visas d’entrée, a déclaré M. Trump dans une «proclamation présidentielle» publiée vendredi soir.

«Les immigrants qui entrent dans notre pays ne devraient pas peser sur notre système de santé, et par conséquent sur les contribuables américains», selon cette déclaration, qui affirme que les immigrants réguliers sont trois fois plus susceptibles que les citoyens américains de se retrouver sans assurance maladie.

La mesure entrera en vigueur le 3 novembre.

«Les États-Unis ont une longue histoire d’accueil des immigrants en quête d’une vie meilleure. Nous devons maintenir cette tradition tout en répondant aux défis auxquels est confronté notre système de santé», ajoute le texte.

La lutte contre l’immigration illégale et les restrictions sur l’accueil des étrangers constituent un des principaux piliers de la politique de Donald Trump. AFP

 

AlloAfricaNews