Le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, a fait part de son souhait de voir les pays africains ratifier, le plus rapidement possible, le traité instituant l’Agence Africaine du Médicament afin d’endiguer la vente illicite de médicaments sur le continent.

«Les pays africains doivent rapidement procéder à la ratification du traité instituant l’Agence Africaine du médicament. Les médicaments contrefaits inondent l’Afrique. C’est le premier pas qui conduira assurément à la lutte contre ce fléau », a notamment déclaré Denis Sassou N’Guesso.

Le chef de l’Etat congolais s’exprimait, lundi à l’ouverture de la 69ème session du Comité régional de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique.

Soulignant, «l’urgence d’une réponse stratégique globale», Denis Sassou N’Guesso se veut optimiste quant à la capacité de l’Afrique «à faire échec aux organisations criminelles et aux laboratoires clandestins qui sont à l’origine du trafic très lucratif de ces produits particulièrement nocifs».

De l’avis du président congolais, cette ratification garantira entre autres «une production sécurisée et fiable des médicaments en Afrique, le renforcement du contrôle des produits pharmaceutiques et une plus grande harmonisation des réglementations nationales sur le médicament».

L’objectif principal de l’Agence Africaine du Médicament est d’améliorer l’accès à des produits médicaux de qualité, sans risque et efficaces sur le continent. Pour ce faire, cette entité s’emploiera d’abord à la coordination et au renforcement des initiatives en cours visant l’harmonisation de la réglementation des médicaments, ainsi que la promotion de la coopération et de la reconnaissance mutuelle des décisions réglementaires.

Elle mènera ensuite des activités de contrôle réglementaire d’une sélection de produits médicaux et la fourniture d’orientations techniques aux États Parties et aux Communautés économiques régionales (CER) et enfin elle travaillera à la mutualisation de l’expertise et des capacités et le renforcement des réseaux pour une utilisation optimale des ressources disponibles limitées. APA

 

AlloAfricaNews