Table rondeLe ministre de l’économie et des finances ouvrant les travaux à remercié tous ceux qui ont fait le déplacement pour participer à cette importante réunion qui a permis au gouvernement guinéen d’exposer à nouveau les opportunités d’investissement dans le secteur.

 

De son côté, le ministre de l’énergie à fait  un exposé sur le diagnostic d’ensemble de l’énergie en Guinée. Un pays qui présente le paradoxe de disposer d’un potentiel d’environ 6 mille MW et dont les réalisations exploitables ne peuvent satisfaire que 12 pour cent seulement de la population.

 

Papa koly Kourouma qui dit espérer qu’à l’issue de la présente table ronde les investisseurs multilatéraux vont s’intéresser plus concrètement à mettre de l’argent dans les projets déjà identifiés par le gouvernement guinéen  dans le secteur de l’énergie.

 
La dessus, la BM  explique développer une stratégie sous régionale en Afrique de l’ouest. Et la Guinée en tant que château d’eau constitue un pays de référence disposant d’importants sites aménageables dans un financement d’intérêt sous régional précisent les experts de la banque.

 

Le bureau d’études français  Nodalis conseil à fait un exposé détaillé de la gestion et des travaux de réhabilitation engagés par EDG.  EDG qui peine selon cette étude à offrir un service de qualité à sa clientèle.  Avec pour conséquence des difficultés commerciales qui obligent l’Etat à  subventionner le coût de production.

 
Parmi  les bailleurs présents il y’a également le fonds de l’OPEP pour le développement, la BAD, la BIDC (banque d’investissement de la CEDEAO), la société financière internationale et le fonds saoudien.

 

L’urgence coté guinéen étant bien entendu d’aller rapidement vers des actions concrètes en vue de résoudre les problèmes immédiats  liés à la restructuration de la société d’électricité de Guinée.  AlloConakry

 

 

 

Une dépêche de Alhassane Diogo Barry à Washington