Ceci fait suite à un premier décaissement de 60 millions USD, en faveur du secteur éducatif togolais. Il faut dire que la Feuille de Route Togo 2025 du gouvernement se déroule correctement, ce qui ne manque pas d’intéresser les investisseurs et institutions financières internationales.

La Banque mondiale a annoncé jeudi dernier l’allocation au Togo d’un financement de 100 millions USD (environ 59,4 milliards FCFA) par l’Association internationale de développement (IDA). Les ressources devraient aider le pays à soutenir son programme de croissance inclusive et ses réformes fiscales, peut-on lire sur Togo First.

Ce décaissement, qui est la seconde opération d’une série programmatique d’appui des politiques de développement, permettra également au pays d’améliorer la viabilité financière et la prestation de services dans les secteurs de l’énergie et de l’eau. Il s’agit plus précisément d’un fonds de soutien aux mesures visant l’accroissement des recettes fiscales, l’efficience des dépenses d’investissement et le renforcement de la gestion et de la transparence de la dette publique.

C’est aussi un soutien à la gestion durable des ressources en eau et à l’amélioration de l’accès à cette ressource pour les plus vulnérables, via un accompagnement des mesures relatives à la viabilité financière du service public de l’eau. Au volet Energie, l’enveloppe servira à l’amélioration de la performance financière de la Compagnie Energie Electrique du Togo (CEET).

D’après Bretton Woods, le décaissement est motivé par « les importants progrès relatifs à la mobilisation de ressources domestiques » réalisés ces dernières années par l’exécutif togolais, conformément à sa Feuille de Route Togo 2025.

Notons que déjà en août 2021, l’institution financière avait approuvé un décaissement de 60 millions USD de l’IDA pour soutenir l’éducation togolaise, précisément la mise en œuvre du ‘’Projet d’Amélioration de la Qualité et de l’Equité de l’Education de Base.