Nouvelle nuit de violences. Un jeune homme de 19 ans a été abattu vendredi soir à Detroit, au cours d’une des nombreuses manifestations organisées à travers les Etats-Unis en réaction à la mort de George Floyd, rapporte ce samedi l’agence Associated Press. Aucune information n’a été donnée sur l’identité de la victime, qui est décédée à l’hôpital

Selon le sergent Nicole Kirkwood, porte-parole de la police de Detroit, «la fusillade s’est produite vers 23h30, un homme au volant d’un SUV a tiré des coups de feu à proximité d’une foule de manifestants». «L’assaillant est toujours en fuite», a-t-il déclaré. Depuis la mort de George Floyd, un homme noir de 46 ans, aux mains de la police de Minneapolis, des centaines de personnes manifestent à travers les Etats-unis.

La colère suscitée par la mort d’un homme noir aux mains de la police de Minneapolis a alimenté de nouvelles émeutes dans la nuit de vendredi à samedi et les manifestations se sont multipliées dans le pays.

La tension monte aux Etats-Unis

Dans la nuit de vendredi à samedi, à Minnepaolis, la situation a dégénéré autour d’un commissariat du sud de la ville, avec plusieurs commerces incendiés​, de nouveaux pillages et de nombreuses dégradations. Les soldats et policiers anti-émeutes ont tiré des gaz lacrymogènes et des fumigènes pour éviter que ce commissariat ne subisse le même sort qu’un autre, incendié la veille au soir après avoir été déserté par ses occupants.

La tension est également montée dans le reste du pays. Des centaines de personnes se sont rassemblées à New York, Dallas, Houston, ville d’origine de la victime, ou encore Las Vegas, Des Moines, Memphis et Portland, y compris devant la Maison Blanche, à Washington. A Atlanta, des véhicules de patrouille de la police ont été brûlés. Partout, les manifestants ont dénoncé les bavures policières et les disparités raciales. Et surtout, ils ont exigé justice pour George Floyd.

Selon le «New York Times», le ministère de la défense a ordonné samedi à l’armée de « se préparer à déployer» des unités de police militaire. AP

 

AlloAfricanews