Le phénonème de viol a pris de l’ampleur à travers le pays. Ce sont des petites filles dont l’âge varie entre 1 à 10 ans qui sont violées par des personnes parfois très âgées ou des jeunes gens qui veulent pratiquer ce qu’ils voient dans les téléphones ou télévisions. Certains observateurs accusent les parents d’être responsables de ces viols qui sont une réalité en Guinée.

Selon le commandant de la brigade spéciale des personnes vulnérables Bernard Tinguino, le violeur est toujours proche de la victime. Il y a toujours un lien, soit c’est un voisin, un cousin ou le fils du concessionnaire. C’est pourquoi, il s’adresse aux parents.

«Nous interpellons les parents, car il y a une démission parentale dans l’éducation des enfants. C’est pourquoi ce phénomène prend de l’ampleur dans la cité», a t-il dénoncé lors d’une conférence de presse.

Pour le commandant Tinguino. il faut qu’ils veillent sur les enfants parce que le violeur a toutes les stratégies pour s’approcher de sa victime, a t-il dit, en ajoutant:

«Certains commencent par dire aux petites ma femme avec des cadeaux. Ce sont les parents même qui disent ton mari est venu, voilà des choses qui encouragent les violeurs.

Une petite fille de 2 ans ne peut pas avoir un mari qui a 47 ou 67 ans. Il faut qu’on interpelle les parents par rapport à l’utilisation de téléphones. Notre dernier dossier, c’est trois garçons qui ont abusé une fillette de 6 ans parce qu’ils ont regardé un film porno dans le téléphone d’un grand frère et ils sont passés directement à la pratique», explique M. Bernard Tinguino.

De poursuivre, «Il faut que les parents contrôlent également les télévisions. Il faut parvenir à coder certaines chaînes parce que les enfants restent à la télévision à des heures tardives et ils ont accès à ces chaînes où ils regardent des choses qui dépassent leurs âges», a déploré le commandant de la brigade spéciale des personnes vulnérables.

Depuis sa création en février, le service spécialisé pour lutter contre ce phénomène a enregistré 27 cas de viols et sur ces 27, 17 ont été transférés. Mamadou Said Diallo

 

AlloAfricaNews